Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Et moi ?...

Visiteurs

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 12:57
Le voyage tire a sa fin. C'etait vraiment (d'ailleurs, jusqu'a demain, on peut parler au present !) une belle destination de vacances. Il y en a pour tous les gouts. Pas seulement pour les adeptes de plages ou surf. De belles et fatigantes randonnees, des escalades plus simples, mais plus visitees ; des tas de temples ; et surtout, la possibilite de se perdre en mobylette. Nous en avons loue une pendant plusieurs jours. ca nous a permis de passer par des villages non touristiques et du coup nous avons fait des rencontres super !
Je pense a la famille qui nous a invites chez eux et offert des cocos frais et d'autres fruits. Ils ont rempli un sac plastique de Tchoklet. LE fruit du chocolatier, la pulpe que nous ne mangeons pas en France a un goût qui se situe entre la quenette et le litchie. Ensuite, ca a vite fait le tour du village qu'il y avait des etrangers dans la cour, donc d'autres personnes sont venues. C'etait assez rigolo parce que personne ne parlait anglais. Nous communiquions avec le peu de mots qu'il y avait dans le guide ! A un moment, le pere de famille met a secher a l'air un sac entier de vanille. Je lui demande s'il est possible d'en acheter un peu. Il nous propose a peine 2 euros pour tout un sachet. qu'allions nous faire de 100 gousses ? Nous en avons pris pres de 20. C'est fou parce que si nous avions eu a acheter ces gousses, a 5 euros piece, la depense n'etait pas la meme !!
Nous avons vecu plein de beaux moments. Entre autres, dans les rizieres, ou nous avons vu la recolte. D'ailleurs, a quoi reconnait-on un grain de riz mur ? L'epi est blond comme le ble !
Repost 0
Published by Maryse Landau-Nappi - dans Balades Indonesiennes
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 14:29
Notre sejour sur l'ile de Java s'est termine en beaute aujourd'hui.
 
De tous les levers de soleil que nous avons faits au sommets de volcans, celui d'aujourd'hui au mont Ijen etait memorable.
Je passe rapidement sur le lever de soleil sur le volcan Bromo. Nous etions prevenus que l'accessibilite de ce site en rendait la visite plus facile. Nous savions donc que nous ne serions pas les seuls. Il est des fois ou la realite depasse la fiction. En route sur la mer de sable, notre Jeep faisait partie d'un long cortege. En arrivant, juste avant le point de vue, nous devions etre 200/300 personnes !! Idem pour la visite du cratere qui n'est qu'a 246 marches. Nous montions l'escalier en file indienne. Pas de possibilite de s'asseoir, de contempler en silence... Cependant n'exagerons pas, cela m'enleve rien a la beaute des lieux.
 
Ce matin, a 4h comme d'habitude, nous partons a la decouverte d'un nouveau volcan : le Mont Ijen qui a la particularite de produire du souffre. Tout au long des 3 km qui separent du cratere, nous croisions des porteurs de souffre. Chausses de bottes en caoutchouc, pour certains, de tongs pour d'autres, ou tout simplement pieds nus, les ouvriers escaladaient les pentes, le panier vide sur l'epaule, ou les devalaient, panier charge, plus rapidement que nous. Une fois les paniers remplis, les ouvriers portent entre 60 et 80 kg de morceaux de souffre. Pas un ne se plaint de sa situation. Certains demandaient juste d'etre pris en photo, une cigarette ou des biscuits. Rien a voir avec de la mendicite ou de l'apitoyement, comme nous avons pu le voir dans certains pays d'Afrique Noire. Ces hommes, consideres comme des heros dans leurs villages vivent leur journee dans les vapeurs de souffre et font des allers retours entre le cratere et les camions 2 fois par jour, pour 6 euros la journee.
Je n'ai pas eu le courage de descendre au fond du cratere pour voir l'endroit ou les ouvriers chargent le souffre. La descente etait un peu a pic et pensant au trajet retour, mes mollets ne me l'auraient pas pardonne ! En revanche, Eric y est alle. Il a pu voir de pres le jaillissement du souffre a l'etat liquide, puis la solidification [Patrick, desolee pour ce terme, nous ne sommes pas scientifiques !] au contact de l'air. Armes de barres de fer, certains hommes cassent des morceaux de souffre, l'equivalent d'un gros parpaing et les chargent dans les paniers. A l'interieur du cratere, il faut imaginer qu'a l'endroit ou sort le souffre, il y a une dense fumee. Quand le vent s'engouffre dans le cratere, la vapeur de souffre couvre l'ensemble du cratere. Le temps est comme suspendu. L'epais nuage ne permettant pas une vision a plus d'un metre, les ouvriers s'arretent, se cachent le nez avec leur T-shirt. Au milieu du silence, le son des ouvriers qui crachent leurs poumons. Des que la fumee se disssipe, ils reprennent le travail courageusement.
Toute proportion gardee, la prochaine fois que l'idee nous viendrait de nous plaindre de nos conditions de travail, nous avons une reference que nous oublierons difficilement...
 
Ce soir, plus legerement, nous sommes a Lovina, au nord de l'ile de Bali, installes dans un bungalow au bord de la mer de Bali.
Nous avons juste eu le temps de prendre un bain de mer chaude. Demain nous profiterons de notre premiere matinee tranquille, sans reveil a 3 heures du matin !!
Repost 0
Published by Maryse Landau-Nappi - dans Balades Indonesiennes
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 18:02
Deja 4 jours que nous sommes a Java, mais pour moi, les vraies vacances ne font que commencer. Comme d'habitude, nous avons une temps necessaire a la reflexion... Il est vrai qu'etant donne que nous ne voulons pas laisser a d'autres le soin d'organiser notre desorganisation, les choses prennent du temps ! Un temps consacre a la lecture des guides, un autre pour poser des questions aux receptions d'hotels... Nous prenons notre temps et rien que ca, c'est, pour nous, un bonheur rare !
 
Si je vous dis que notre journee a fait 48 heures, vous croirez peut-etre a de l'exageration ? Que nenni ! Mardi soir, nous avons quitte Jakarta pour Yogyjakarta, Yogy pour les intimes - prononcez Djodgi. L'arrivee de notre train au crepuscule fait qu'a 5 heures du matin, nous etions eveilles et bien reveilles. Une premiere journee de prises de reperes quand nous apprenons qu'il est possible de faire une randonnee nocturne et d'aller voir un lever de soleil au sommet du volcan Merapi. Juste le temps de faire une sieste d'une heure puis de diner et a 22 heures, notre chauffeur nous emene a quelques kilometres de Yogy. Munis d'une lampe torche chacun, d'une bouteille d'eau et de ressources sucrees, nous voila a une heure du matin, dans la nuit noire, prets a defier les 1 700 metres d'altitude du mont Merapi
Il nous est plus facile de raconter cette aventure maintenant car apres 4h30 d'ascension et 4 heures de descente a ne plus sentir nos jambes, a avoir les genoux flageollants... nous ne faisions pas les fiers. A cause de ma fatigue, nous nous sommes arretes a 30 minutes du sommet et de son cratere.
Nous avons vecu le lever de soleil superbe avec, dans notre ligne d'horizon 3 volcans, pas un nuage. Ca, c'est pour la partie chabalabala. Le revers du roupi, c'est que nous etions frigorifies meme si nous avions superpose les couches de T-shirts, pulls, poncho coupe-vent ET couverture polaire... Malgre cela, nous claquions des dents, en rythme, s'il vous plait !
 
Nous voici maintenant de retour a Yogy, sans avoir dormi la veille. Quand nous vous disons que les journees font 48 h !
Repost 0
Published by Maryse Landau-Nappi - dans Balades Indonesiennes
commenter cet article

Articles Récents